Newsletter   Contact   Qui sommes-nous
S'abonner   Où trouver la revue   La Boutique

Goya

Goya : Francisco de Goya La Maja vêtue (La maja vestida), 1800–1807 Huile sur toile, 95 x 190 cm Museo Nacional del Prado. Madrid © Photographic Archive. Museo Nacional del Prado. Madrid   


L'exposition


L’exposition débute par les années 1780 : Goya est alors peintre du roi et réalise les cartons de tapisserie du Vendeur de poterie (1778-79), du Mannequin de paille (1791-92), mais aussi le portrait officiel de Charles III en tenue de chasse (1787) ainsi que des scènes galantes et populaires destinées à ses mécènes, la duchesse et le duc d’Osuna. Quel que soit le sujet, on note l’aisance avec laquelle Goya glisse d’un registre à l’autre dans une cohérence de style. Chez les Osuna, il s’amuse de la dimension précieuse de la peinture française de Watteau et Chardin, exagérant les attitudes raffinées de l’aristocratie dans La Chute (1786-87) tandis que les risques mortels sont bien réels dans la représentation du jeu populaire du Poteau graissé (1786-87).
[...]
Martin Schwander, le conservateur général de la fondation Beyeler et commissaire de l’exposition Goya développe la dimension novatrice du peintre en mettant l’accent sur ses réalisations personnelles. De nombreuses séries de peintures sur toile, sur bois ou fer blanc livrent un univers fantastique, mystérieux et violent où la civilisation lutte avec ses démons. Goya remplit l’imaginaire des maisons nobles de peintures proches des Caprices. Selon Juliet Wilson-Bareau il peint les thèmes qu’elles contiennent – les mœurs légères, l’hypocrisie de la morale religieuse, les superstitions – aux temps contrariés de leur diffusion et peut-être bien avant. Ainsi, émet-elle l’hypothèse que les Majas au balcon, communément données entre 1808 et 1812, dateraient plutôt de l’époque autour de l’album (avant 1800) que de la guerre que Napoléon livre à l’Espagne de 1808 à 1814 et qui imprègne la dernière période de la vie de Goya, à travers les Désastres de la guerre, les peintures noires et plusieurs carnets de dessins. « Goya avance avec son époque ; il ne regarde pas en arrière… », rappelle-t-elle en soumettant cette réflexion à ses collèges.
[...]


Extrait de l'article de Laurence d'Ist publié dans le N°99 de la revue Art Absolument.

Quand


10/10/2021 - 23/01/2022

Les artistes


Francesco Goya